Le court-métrage événement "Akashinga: la guerre de l'ivoire" diffusé ce mardi en exclusivité sur la chaîne YouTube de National Geographic (vidéo)

Publié le 30 Juin 2020

Le court-métrage événement "Akashinga: la guerre de l'ivoire" diffusé ce mardi en exclusivité sur la chaîne YouTube de National Geographic (vidéo)

Présenté en avant-première au festival EarthXFilm,« Akashinga: La guerre de l'Ivoire » est le dernier court-métrage de National Geographic Documentary Films produit par James Cameron et réalisé par Maria Wilhelm, directrice générale de l'Avatar Alliance Foundation. Ce film raconte l'histoire de l'unité anti braconnage éponyme, entièrement composée de femmes, constituée au Zimbabwe pour préserver les espèces sauvages.

Le film qui fait partie de la collection de courts-métrages de National Geographic Documentary Films sera diffusé en exclusivité sur la chaîne YouTube de National Geographic  ce mardi 30 juin à partir de 18h30.

À l'heure où de nombreuses espèces animales africaines – éléphants notamment – sont en voie d'extinction, Akashinga est une nouvelle arme radicale et très efficace dans la lutte contre le braconnage.

Fondée par l'une des figures de proue de ce combat, Damien Mander, ex-membre des forces spéciales australiennes, cette unité exclusivement féminine de gardes forestières dont les membres sont issues des milieux défavorisés révolutionne la manière dont les animaux sont protégés. Elle contribue aussi à l'émancipation des communautés locales et change la vie des membres qui la constituent. La démarche novatrice de M. Mander repose sur l'adhésion des populations locales plutôt que sur la chasse aux braconniers : quand une communauté comprend l'intérêt économique de la protection des animaux, elle éradique sans violence le braconnage. Ce court-métrage rend hommage au courage, aux actions et à la réflexion qui ont conduit à ce changement positif de grande ampleur.

Rédigé par Jeremy

Publié dans #Actu TV, #National Geographic

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article