"Pierre-Paul Rubens, le peintre gentilhomme d'Anvers" dans "Une maison, un artiste" ce soir sur France 5

Publié le 19 Juillet 2020

"Pierre-Paul Rubens, le peintre gentilhomme d'Anvers" dans "Une maison, un artiste" ce soir sur France 5

Écrivains, chanteurs, peintres… Dans cette nouvelle saison d'"Une maison, un artiste" diffusée tous les dimanches à 22h15 sur France 5, Patrick Poivre d’Arvor revisite la vie et le parcours de quelques grands noms du monde des arts et de la culture, en dévoilant les maisons qui ont marqué leur existence et nourri leur imaginaire.

Cet été, on ouvre les portes des demeures de Ernest Hemingway, Georges Lautner, Rubens, Emile Zola, Danielle Darrieux, Nino Ferrer, Joan Miro , Guy de Maupassant, Marie-José Nat. Nouveauté cette année France 5 inaugure également la collection "Une maison, un légende" avec la visite des maisons de Clemenceau et Churchill.

Episode 3 - Pierre-Paul Rubens, le peintre gentilhomme d'Anvers
A la fin de l’année 1608, Pierre-Paul Rubens revient précipitamment à Anvers où sa mère vient de mourir. Le jeune homme de 31 ans hésite à repartir pour Rome, où il a parfait sa formation de peintre durant 8 ans et découvert le génie de Michel-Ange, Le Titien ou Caravage. Ou alors rester dans son propre pays, la Flandre. Mais son talent séduit les souverains des Pays-Bas espagnols et très vite les commandes affluent. Il décide alors de s’établir dans la cité flamande et acquiert une demeure e

n brique dans le centre-ville pour la somme de 8 960 florins et un tableau de sa main. Il y crée un petit palais renaissance richement décoré et même une réplique du panthéon de Rome en miniature. L’artiste rêve surtout d’y créer un vaste atelier à la hauteur de ses ambitions. Comme une revanche sociale sur le chaos de ses jeunes années. Une propriété destinée à abriter la future famille que Rubens envisage de fonder, un jardin d’agrément, mais également un lieu de travail.

Rédigé par Jeremy

Publié dans #Actu TV, #France 5

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article