"Cobayes humains : Des effets à hauts risques" au sommaire de Spécial Investigation

Publié le 18 Mars 2013

stephane-haumant-philippe-mazzoni.jpg
Ce lundi à 22h50, Stéphane Haumant nous proposera sur Canal+ dans "Spécial Investigation" un document inédit "Affaire Orlandi : mystères au Vatican".

Avant de lancer un médicament sur le marché, les laboratoires pharmaceutiques doivent le tester sur des cobayes humains, pour vérifier qu’il n’est pas dangereux. Pour réduire les coûts, ces tests se font de plus en plus souvent dans certains pays. Depuis quelques années, les scandales se multiplient : tests illégaux, malades devenus cobayes sans le savoir, morts suspectes…

En Europe, le pays où les essais sont les plus nombreux, c’est la Pologne. En quatre ans, le nombre de cobayes humains y a été multiplié par six ! Et la réglementation européenne n’est pas toujours respectée. En 2007, à Grudziac, des SDF ont servi, sans le savoir, de cobayes pour un traitement contre la grippe aviaire. Une tromperie grave, organisée par des médecins et des infirmières, pour le compte d’un laboratoire suisse.

Au niveau mondial, c’est l’Inde qui est le terrain d’expérimentation favori des laboratoires. Dans les bidonvilles, servir de cobaye est devenu un métier à part entière. Mais les autorités indiennes s’alarment. Rien qu’en 2010, près de 700 cobayes humains sont morts au cours d’essais cliniques. La Cour suprême indienne exige la fin des essais cliniques illégaux. Mais les passe-droits existent toujours. Faire tester une molécule, interdite en Europe à cause de sa dangerosité, est toujours possible. Nous en avons fait l’expérience…

Pour SPECIAL INVESTIGATION, Marianne Kerfriden enquête sur la délocalisation des cobayes humains par certains grands laboratoires pharmaceutiques.

Crédit photo : Philippe Mazzoni / Canal+

Rédigé par Jeremy

Publié dans #Actualité TV

Commenter cet article