Boulangeries, boucheries : la bataille au coin de la rue dans Capital sur M6

Publié le 1 Décembre 2013

capital-thomas-sotto-xavier-popy.jpgCe soir à 20h45, M6 proposera Capital présenté par Thomas Sotto qui aura pour sujet Boulangeries, boucheries : la bataille au coin de la rue

Même si la concurrence est toujours aussi rude avec les grandes surfaces, les petits commerçants continuent d'occuper une place de choix dans les courses que nous faisons au quotidien. Par leur proximité, ils entretiennent une relation privilégiée avec leurs clients. Pour les commerces de bouche qui se positionnent souvent sur un certain niveau de qualité, et donc de prix, il s'agit bien souvent d'entreprises très rentables. Pour faire un maximum de profits, les petits commerçants ont leurs secrets de fabrication et des techniques commerciales bien au point. Capital a enquêté sur les méthodes de ces petites entreprises, souvent très performantes, que nous fréquentons tous les jours.

La bataille de la baguette
Comment imaginer la bataille sourde qui se déroule autour de cet aliment quotidien et bon marché ? La baguette que l'on achète entre 30 centimes et 1 euro 30 est un enjeu commercial de taille. L'air de rien, elle génère un chiffre d'affaires de 10 milliards d'euros âprement disputé. Depuis 35 ans, les industriels ou les grands réseaux de franchises comme « Paul » disputent ce gâteau aux artisans boulangers qui ne cessent de perdre du terrain. Un nouvel entrant encore plus agressif bouleverse une nouvelle fois la donne. Il s'agit de réseaux de boulangeries qui arrivent à faire une baguette de qualité vendue à prix cassés avec les méthodes de la grande distribution. Dans cette guerre sans merci, les artisans sont souvent au bord de la faillite. Pour s'en sortir, beaucoup sont obligés de se plier à des méthodes soigneusement dissimulées à leurs clients. Ils achètent congelées toutes leurs pâtisseries et viennoiseries.

Boucherie : fortune en famille
Ils sont bouchers de père en fils depuis quatre générations et ont créé un petit empire parisien : « Les Boucheries Roger ». La famille Billebaut est à la tête de sept boucheries installées dans des quartiers plutôt cossus de la capitale. Pour séduire leurs clients et faire la différence avec les grandes surfaces, ils jouent sur la qualité de la viande qu'ils vont négocier chaque matin à Rungis. Mais les secrets de leur réussite, c'est aussi l'organisation très poussée du travail des garçons bouchers et leur art commercial qui permet de faire dépenser plus les clients.

Adieu patron, je monte mon commerce
Pour devenir son propre patron, l'un des moyens les plus simples est de monter son commerce. Mais comment bien choisir son secteur sans se planter ? Le plus simple est souvent d'ouvrir une franchise comme Mac Donald, Jeff de Bruges, Pizza Hut ou Speedy. Ils sont à chaque coin de rue et se développent à toute vitesse ! Ce système connaît une belle croissance. Pour ouvrir ces magasins, il faut une petite mise de départ et verser une commission, mais en échange, on bénéficie de la notoriété de la grande marque.

 

Crédit photo : Xavier Popy / M6

Rédigé par Jeremy

Commenter cet article