Dès janvier, Olivier Stone nous raconte « Une autre histoire de l’Amérique » sur Planète+

Publié le 29 Décembre 2013

planete-plus
Dès le 16 janvier, Planète+ diffusera chaque jeudi à 20h45 « Une autre histoire de l’Amérique », une série documentaire inédite de 10 épisodes de 45 minutes.

Réalisée et narrée par Oliver Stone
(PLATOON, JFK), cette passionnante série documentaire revient sur plus de soixante ans d’histoire des États-Unis, de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à nos jours, en insistant sur les événements majeurs qui ont été passés sous silence ou peu traités. L’occasion d’en apprendre plus sur la présidence de John F. Kennedy, la guerre du Vietnam et le rôle de la première puissance mondiale dans le monde de l’après-guerre froide. Le commentaire en français est dit par Philippe Torreton.

Le premier épisode débute avec le récit du déroulement des derniers tests nucléaires effectués en juillet 1945 dans le cadre du projet Manhattan dirigé par Robert Oppenheimer. Soit à peine un mois avant le lancement des bombes atomiques sur Hiroshima puis Nagasaki. Contrairement à ce qu’avance la version officielle de l’histoire américaine, l’arme nucléaire n’a pas été utilisée pour sauver la vie de jeunes soldats américains sur le front Pacifique, mais pour effectuer une démonstration de force contre l’Union soviétique et marquer la suprématie des États-Unis, première puissance mondiale. La supériorité militaire des États-Unis - une production de 100 000 avions par an côté américain, soit le total des appareils japonais engagés dans le conflit, et un nombre de porte-avions quatre fois plus important - ne pouvait qu’amener le Japon à capituler.

Après être revenu sur les événements qui ont conduit à l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale, en 1939, puis à l’engagement dans le conflit, en 1941,des États-Unis - alors que l’opinion publique y fut longtemps opposée -, Oliver Stone revient sur les décisions clés prises par Joseph Staline, Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt pendant le conflit. Décisions qui ont mené à la formation progressive des deux blocs, soviétique et américain. Il rend hommage à l’héroïsme des militaires et des civils soviétiques, qui ont lutté contre un nombre beaucoup plus important de divisions allemandes (100 contre 10) que les armées alliées, et payé le plus lourd tribut (25 millions de morts) pour arracher la victoire contre Hitler. Il évoque aussi le rôle d’une personnalité politique visionnaire et controversée, Henry W. Wallace.

Ce fils de riche fermier, ministre de l’aAriculture avant de devenir président de Roosevelt lors de son deuxième mandat, de 1941 à 1945, était un homme très progressiste, partisan de l’abolition de la ségrégation raciale et contre la politique d’endiguement du communisme d’Harry Truman, dénonçant en elle le risque d’un "siècle de peur".

Rédigé par Jeremy

Publié dans #Actualité TV

Commenter cet article