La peste de 1720 : a-t-on sacrifié Marseille ? dans l'Ombre d'un doute sur France 3

Publié le 7 Août 2013

ombre-doute-f3_gael-kerbaol.jpgCe mercredi à partir de 23h05, Franck Ferrand présentera sur France 3 avec Clémentine Portier-Kaltenbach, Christophe Bourseiller et Stéphanie Coudurier un nouveau numéro du magazine "L'ombre d'un doute" qui s'intéressera cette fois à La peste de 1720 : a-t-on sacrifié Marseille ?

Mai 1720. Quand le "Grand Saint Antoine" accoste à Marseille, il est porteur d'un des plus grands fléaux de l'histoire : la peste. En quelques jours, la maladie, tapie dans les tissus importés d'Orient, se répand dans la ville. Pourtant, Marseille avait tous les moyens de se prémunir d'une épidémie. S'agit-il d'une simple négligence ? Ou a-t-on mis sciemment en danger des dizaines de milliers de vie ?

Grâce à des documents d'archives accablants, "L'Ombre d'un doute" dévoile, près de 300 ans après, les dessous d'un scandale qui décima la moitié de la population marseillaise.
Sept membres de l'équipage succombent à une mort suspecte avant l'arrivée du navire, qui est mis en quarantaine sur l'île de Jarre au large de la cité phocéenne, mais sa marchandise est finalement débarquée, en dépit des principes de précautions les plus élémentaires !

Accusé d'avoir trompé les autorités sanitaires, le capitaine Chataud est arrêté et emprisonné le 8 septembre 1720. Aujourd'hui, l'examen des patentes du bateau et des rapports du capitaine prouve qu'il n'a pas failli. Au contraire, il avait même directement informé les armateurs du bateau et le premier échevin de la ville, le maire de l'époque, Jean-Baptiste Estelle... Mais les intérêts commerciaux poussèrent ces mêmes personnes à obtenir le débarquement de la précieuse cargaison qu'une trop longue quarantaine pouvait abîmer. Anobli en juillet 1722, Estelle n'eut jamais à répondre de sa responsabilité dans l'épidémie.

 

Crédit photo : Gaël Kerbaol / FTV

Rédigé par Sarah

Publié dans #Actualité TV

Commenter cet article