Laurent Bazin aux commandes de "Tout peut changer" dès ce soir sur France 3

Publié le 7 Octobre 2013

TOUTPEUCHANGER
Bien connu des auditeurs de RTL pour y animer la matinale ou des téléspectateurs de France 5 pour avoir assurer avec brio l'interim d'Yves Calci, les téléspectateurs de France 3 pourront retrouver ce lundi à 20h40 Laurent Bazin aux commandes du premier numéro de "Tout peut changer".

Le premier sujet sera "Gaspillage alimentaire : les pieds dans le plat".

Les chiffres sont impressionnants : Un tiers de la nourriture produite dans le monde ne serait pas consommé alors que, dans le même temps, une personne sur six souffre de malnutrition. En France, 10 millions de tonnes de denrées alimentaires seraient gaspillées. Chacun d’entre nous jetterait même de  20 à  30  kilos par an dans sa poubelle dont 7 kg même pas déballés.

Mais pourquoi gaspille-t-on ? Simple négligence de consommateur trop gâté ? Logique purement mercantile ? Par quelle absurdité acceptons-nous de produire des aliments qui partiront à la poubelle ? Serait-ce le prix à payer pour se protéger ? S’assurer d’une qualité optimale ? S’agit-il d’une donnée irréductible de notre mode de vie ?

Les 2 documentaires seront les suivants :

Les « bonnes » raisons du gaspillage
A Perpignan, le producteur de pêche s’en désole : ces meilleurs fruits, les plus goûteux seront jetés car ils ne répondent pas aux critères de production édictés par l’Europe et la grande distribution. En Bretagne, le patron de supermarché en convient, les yaourts qui sont retirés des rayons sont  encore comestibles.
Pourtant les dates limites de consommation, aujourd’hui symbole du gaspillage, furent d’abord une avancée sanitaire majeure. Et les normes  de production tant décriées furent créées à des fins qualitatives. Par quelles dérives se retrouvent-elles aujourd’hui vecteur de gâchis ? Y a-t-il encore de « bonnes » raisons au gaspillage ?

Gaspiller ?  La belle affaire !
A force de grossir, nos poubelles pourraient devenir un enjeu économique. Les incitations de l’Etat (défiscalisation des dons, obligation de valoriser les déchets) poussent les différents acteurs de la chaîne à donner une deuxième vie à leurs produits périmés ou abîmés, de l’épicerie solidaire à la transformation des déchets en énergie. Le gâchis, un gisement d’avenir ?

 

Crédit photo : SCHOUSBOE Charlotte FTV 2013 / Les Docks / Cité de la Mode

Rédigé par Jeremy

Publié dans #Actualité TV

Commenter cet article