Le sommaire de l'Effet papillon de ce 21 décembre sur Canal+

Publié le 21 Décembre 2013

daphne-roulier-eric-vernazobres.jpgCette année, emmené par Daphné Roulier, L’EFFET PAPILLON place son degré d’excellence et d’exigence encore plus haut chaque samedi à 13h45 en clair sur Canal+.

Au cœur de l’actu, plus réactive, plus percutante, l’émission commente et décrypte l’état de la planète en un battement d’aile… de papillon ! Nouveauté également, lorsque l’actu l’imposera ; Daphné ira au-devant des acteurs de l’événement qui marque la semaine. Pour parfaire ce tour du globe, PAPILLON est ponctué de nos deux rubriques « PLANÉTARIUM » (résumé en image d’un tour du monde de l’actu internationale) et «CHIFFROSCOPE» (qui répond en chiffres et en dessin animé aux grandes questions de notre temps).

Et à la fin du voyage, Daphné nous laisse toujours le monde pas tout à fait dans l’état dans lequel nous l’avions trouvé…

 

ENFANTS KLEENEX de Nathalie Gros
« Chéri, j’ai échangé les gosses… ».C’est le genre de phrase que des parents américains d’enfants adoptés peuvent prononcer en quasi impunité. Votre enfant ne vous convient plus, changez-en. Jusqu’à ce qu’une journaliste américaine dénonce le scandale du marché aux enfants sur internet, on pouvait même passer une petite annonce pour se débarrasser de son bambin comme d’un animal. Chaque année, un quart des enfants adoptés sont abandonnés, beaucoup passent de famille d’accueil en famille d’accueil, et d’écueil en écueil.

LE DECLIC CITOYEN de Elvire Berahya-Lazarus
« Clicktivisme » : ce mot ne figure pas encore dans le dictionnaire, mais ça ne saurait tarder, vu son succès… Les pétitions en ligne sont le nouveau visage du web militantisme : un clic pour lancer ou soutenir une cause, petite ou grande, 40 millions d’internautes se sont déjà mobilisés sur Change.org, le nouveau mégaphone de l’action citoyenne. Et ça marche.

L’OURS EST UN LOUP POUR L’HOMME de Xavier Luizet
Il fut un temps où l’on parlait encore de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours. Aujourd’hui, en Sibérie, on dit plutôt que c’est l’ours qui a vu l’homme. Et souvent de trop près. Faute de nourriture, les bêtes à fourrure quittent leurs forêts pour braconner dans les villages, et s’attaquent à l’homme, en bon omnivore qui se respecte.

 

Crédit photo : Eric Vernazobres / Canal+

Rédigé par Jeremy

Publié dans #Actualité TV

Commenter cet article