Maternité et carrière : un équilibre impossible ? produit par Melissa Theuriau dans les dossiers de Teva

Publié le 30 Novembre 2013

marielle-fournier-matchieu-brechoire_teva.jpgTéva proposera ce soir à 20h45 Maternité et carrière : un équilibre impossible ? un documentataire produit par Mélissa Theuriau présenté par Marielle Fournier

 

Elles s'appellent Amanda, Laure, Caroline. Assistantes de direction ou cadres supérieures, provinciales ou franciliennes, ces femmes ont un point commun. Avoir des enfants a freiné, et parfois même anéanti leur carrière. Elles ont touché ce qu'on appelle le « plafond de mère ». Une barrière invisible, qui bloque la vie professionnelle quand on fait des enfants. Résultat : la stagnation de leur salaire, de leur évolution, et dans certains cas, leur mise au placard. En moyenne, un congé maternité équivaut à un retard de 2 ans en termes de carrière et de salaire. Certaines le rattrapent, d'autres pas...

Pour Caroline, ça a bloqué à sa première grossesse. Pleine d'énergie et bardée de diplômes, elle a continué à chercher du travail enceinte. "C'est comme si j'étais une bombe à retardement, prête à faire des enfants n'importe quand."

C'est au retour de sa seconde grossesse, qu'Amanda a réalisé que rien ne serait plus comme avant. Son employeur ne lui parle plus et malgré les solutions trouvées en interne par l'entreprise, elle craque et démissionne. "Je n'ai pas compris comment mon chef avec qui je m'entendais si bien, a cessé de me parler du jour au lendemain. Et tout ça à l'annonce de ma grossesse".

Laure, polytechnicienne, fait une carrière éclair. Elle gravit les échelons à une vitesse stratosphérique : à 31 ans, elle gère tous les réseaux de maintenance de la RATP. Mais elle demande un congé parental pour s'occuper de son 3ème enfant. A son retour, elle n'a plus de poste. Aujourd'hui, elle assigne son employeur devant les Prud'hommes.

Aujourd'hui, certaines entreprises prennent conscience de la valeur de leurs salariées et leur proposent des formations pour faire carrière au féminin. Elles sont aussi de plus en plus nombreuses à créer leur entreprise, comme Sandra. 200 employés, 66 millions d’euros de chiffre d'affaires et une attention toute particulière portée à la gestion des maternités de ses employées...

 

Crédit photo : Mathieu Brechoire /Téva

Rédigé par Jeremy

Publié dans #Actualité TV

Commenter cet article