Non élucidé revient sur L'affaire Stéphane Kameugne sur France 2

Publié le 19 Janvier 2014

Non élucidé revient sur L'affaire Stéphane Kameugne sur France 2

Ce dimanche à 22h45, Arnaud Poivre d'Arvor, avec la participation de Jean-Marc Bloch, présentera sur France 2 une nouveau numéro de  "Non élucidé", un magazine qui se propose de revenir sur ces enquêtes criminelles restées dans l'impasse. Chaque épisode raconte ainsi une affaire non résolue en revenant en détail sur toutes les zones d’ombre, en pointant toutes les questions restées sans réponse dans l’espoir de rouvrir des pistes abandonnées voire de soulever de nouvelles hypothèses.

Le troisième numéro de cette nouvelle saison est consacré à L'affaire Stéphane Kameugne.

Samedi 6 décembre 2008, la prestigieuse école des arts et métiers (ENSAM) de Châlons-en- Champagne organise son grand gala annuel pour célébrer la remise des diplômes. Le champagne coule à flot et les vigiles postés à l’entrée de l’école s’assurent que personne ne rentre sans invitation.

Pendant cette soirée, Stéphane Kameugne un jeune homme de 24 ans disparaît. Le 24 décembre 2008, des plongeurs de la gendarmerie découvrent le cadavre du jeune homme. Les enquêteurs privilégient alors la thèse de l’accident. Ivre, Stéphane serait tombé à l’eau.

Mais l’autopsie conclut que Stéphane Kameugne n’est pas mort noyé. Le légiste constate aussi un fracas osseux important au niveau de la cage thoracique et une fracture de la colonne vertébrale.

Que s’est-il passé ? Comment se fait-il que les 2000 personnes présentes à la soirée ne l’aient pas vu quitter l’école le soir de la fête ? Les enquêteurs creusent plusieurs pistes : violence au sein de l’école, bizutage ayant mal tourné, crime raciste ?

Une information est ouverte pour homicide volontaire. Cette affaire résonne forcément dans tous les dossiers d’étudiants retrouvés noyés en France. Et si certains de ces accidents étaient aussi des crimes ?

Crédit photo : France 2 / Eric Vernazobrès

Rédigé par Jeremy

Publié dans #Actualité TV, #France 2

Commenter cet article