Pièces automobiles, radars : tous pigeons ! au sommaire de Spécial Investigation

Publié le 8 Juillet 2013

stephane-haumant-philippe-mazzoni.jpg
Ce lundi à 22h30, Stéphane Haumant nous proposera sur Canal+ dans "Spécial Investigation" une rediffusion du document Pièces automobiles, radars : tous pigeons !

Pour un automobiliste français, circuler en voiture coûte cher : 6000 euros par an en moyenne.1,70 euros le litre de super, des péages en augmentation de 25% sur dix ans et des parkings désormais hors de prix, les conducteurs ont plus que jamais le sentiment d’être pris pour des « pigeons ».

Parmi les plus grosses dépenses : l'entretien et la réparation des véhicules. En France, les pièces détachées peuvent être facturées plusieurs centaines d’euros. En quelques années, certaines d'entre elles ont augmenté de plus de… 400% ! Pour justifier ces tarifs parmi les plus élevés du monde, les constructeurs français évoquent la technologie, la sécurité et même la sauvegarde de l'emploi. Qu’en est-il en réalité ?

Autre source de dépense pour les ménages : la multiplication des radars sur le bord des routes. Officiellement, ils auraient permis de réduire le nombre de tués par deux (on est passés de 8000 à 4000 morts en dix ans sur les routes). En réalité, d’autres causes expliquent aussi cette baisse de la mortalité. Les radars sont rarement implantés dans les zones les plus accidentogènes, mais ils sont de redoutablement efficaces pour remplir les caisses de l’Etat !

Alors que les ventes de véhicules en France sont en recul cette année, Julien Daguerre enquête pour SPECIAL INVESTIGATION sur l’une des causes de cet effondrement du marché : la voiture est devenue pour beaucoup… un véritable produit de luxe.

 

Crédit photo : Philippe Mazzoni / Canal+

Rédigé par Jeremy

Publié dans #Actualité TV

Commenter cet article

Bruno Bocquet 08/07/2013 23:33


Bravo Canal+, bravo à l'émission ! Je suis, enfin j'étais commercial .... au chomage depuis près de deux ans à cause du business étatique des radars sous couvert de sécurité routière, et oui
60000 kms annuels et soudain plus de permis ... plus de job ... plus de vie sociale ... bientôt plus de vie familiale .... sans faute grave comme vous le précisez dans votre reportage !
Bravo à vous de nous relayer avec qualité sur ce combat de l'injustice étatique !!!! Il faut continuer à proclamer avec vigueur et belles preuves à l'appui que ces radars sont bels et bien du
business étatique honteux !!!!!