Venise, la cité des sortilèges dans L'ombre d'un doute sur France 3

Publié le 27 Mai 2013

ombre-doute-f3_gael-kerbaol.jpgCe soir à 20h45, Franck Ferrand présentera sur France 3 avec Clémentine Portier-Kaltenbach, Christophe Bourseiller et Stéphanie Coudurier un nouveau numéro du magazine "L'ombre d'un doute" qui s'intéressera cette fois à Venise, la cité des sortilèges

Nous avons tendance à l’oublier, mais cet îlot a été pendant plusieurs siècles le centre du monde. Une domination qu’elle a acquise au prix d’exploits, de luttes et de sacrifices. Mais aussi d’excès, de vices et de malversations. « L’ombre d’un doute » a mené l’enquête pour dévoiler les secrets et les personnages qui ont façonné la légende de la Sérénissime.

Au 9ème siècle, Venise construit sa légende en volant les reliques de Saint-Marc l’évangéliste aux Egyptiens et en bâtissant une basilique à sa gloire. Devenue une capitale chrétienne, elle va pourtant détourner la 4ème croisade dans l’unique but de s’enrichir. Les ambitions mercantiles de la cité sont insatiables.
Un homme incarne cet esprit de conquête et d’entreprise, c’est Marco Polo. Mais si le plus célèbre des vénitiens était un imposteur comme l’affirment certains historiens ?
Mais dès 1574 et malgré le faste déployé lors de la visite du futur roi de France Henri III, le déclin de la cité s’annonce. Venise au bord de la faillite, tire profit de la communauté juive qu’elle taxe et crée le premier ghetto juif de l’histoire.

Déchue, Venise se noie dans un tourbillon de plaisirs dans lequel vont se complaire le brillant abbé de Bernis, ambassadeur de France et proche de la marquise de Pompadour et le célèbre  Casanova.
Casanova, dont l’évasion de prison a fait sa renommée. Mais si le célèbre libertin n’était qu’un affabulateur ?

Après un millénaire d’indépendance, l’entrée de Napoléon en 1797 dans la lagune ouvre près d’un siècle d’occupation et la chute définitive de la république. Napoléon, un personnage qui divise les vénitiens. Bienfaiteur pour certains, ange noir pour d’autres.

Malgré cela, Venise séduit toujours. Musset et Sand y vivent une idylle romantique avant qu’elle ne tourne au vaudeville cauchemardesque.
Et la présence de l’aristocratie européenne et des plus grands artistes du début du 20ème siècle, font de Venise « The place to be ».

Mais au gré de ses multiples péripéties, de l’acqua alta à l’incendie de La Fenice en 1996, Venise renaît toujours de ses cendres. Maudite, Venise est aussi éternelle.

Nous ferons revivre plus de mille ans d’histoire grâce, entre autre, à des reconstitution 3D, aux interventions d’historiens,  de grands spécialistes, à des documents inédits à la télévision comme la chronique de la 4ème croisade de Villehardouin, le testament de Marco Polo, le décret de la création du ghetto juif, le manuscrit des Mémoires de Casanova, la correspondance entre Sand et Musset ou encore la partition originale de La Traviatta de Verdi…
Autant de documents qui permettront de découvrir Venise, la cité mystérieuse.

 

Crédit photo : Gaël Kerbaol / FTV

Rédigé par Fabien

Publié dans #Actualité TV

Commenter cet article