Cam Clash s'intéresse au bizutage et aux menaces indirectes ce soir sur France 4

Publié le 14 Octobre 2014

Cam Clash s'intéresse au bizutage et aux menaces indirectes ce soir sur France 4

Forte du succès de la saison 1 qui a rassemblé 5 % de PdA sur les 15-24 ans et 1,6 million de videos vues tous supports confondus, « Cam Clash » revient chaque mardi à 20h45 sur France 4.

Pour cette nouvelle saison, « Cam Clash » teste de nouveau des situations du quotidien en caméras cachées, s’attaque aux clichés et ouvre le débat sur les incivilités et les discriminations qui nous concernent tous.

Tout commence par les histoires vraies des témoins de Cam Clash.Tous ont été victimes de situations discriminantes et racontent leur expérience à Baptiste Etchegaray. Cam Clash reproduit avec des complices la situation qu’ils ont vécue. Face au clash, qui va réagir, s’insurger ? Qui va détourner le regard, rester indifférent ?

A chaque émission, deux sujets inspirés d’histoires vraies, deux situations conflictuelles dont vous auriez pu être témoin. Parmi les thèmes abordés cette saison : le bizutage, le tabagisme dans les lieux publics, le harcèlement au travail, la discrimination à l’embauche, l’abus de faiblesse sur personnes âgées, le handicap, etc.

Le bizutage

Le bizutage est un délit puni par la loi en France depuis 1998, passible de 6 mois de prison et 7500 euros d'amende. Et pourtant c'est une pratique encore courante au sein des universités et surtout des grandes écoles, où l'intégration des étudiants passe par certains rites de passage. Dans les cas les plus extrêmes ces rituels peuvent s'avérer fatals : en 2010 4 jeunes sont morts lors d'un bizutage. des jeux d'alcool, des épreuves, le plus souvent humiliants.. Défendus par les associations étudiantes au nom de la tradition, mais dénoncés par de nombreux parents, surtout quand le bizutage vire au drame..

Les menaces indirectes

L'élevage et la possession de pitbulls non stériles sont interdits en France depuis 2000, les contrevenants à la loi risquent jusqu'à 6 mois de prison et 15.000 euros d’amende. Pourtant il n'est pas rare de croiser ce type de chiens dans l'espace public. Au delà du pitbull, d'autres chiens qui ne sont pas obligés de porter des muselières sont à l'origine de nombreux accidents, dont les enfants sont souvent les victimes. On dénombre environ 250.000 cas de morsures par an en France. Les propriétaires de chien sont-ils assez vigilants dans l'espace public ?

Rédigé par LZDP

Publié dans #Cam Clash, #France 4

Commenter cet article