"Grand Central", nouveau magazine d'actualité internationale diffusé dès ce soir sur France 4

Publié le 12 Octobre 2015

Pénélope de la Iglesia (Crédit photo : Christophe Fillieule/ FTV/ La Fabrik)

Pénélope de la Iglesia (Crédit photo : Christophe Fillieule/ FTV/ La Fabrik)

Grand Central, c'est le nouveau magazine d'actualité internationale proposé par Vice et France 4 et dont le premier numéro sera diffusé ce lundi à 23h30. Fidèle à l'ambition du Point Quotidien, diffusé tout au long de la saison 2014-2015, ce rendez-vous hebdomadaire montrera combien le monde change.

Présenté par Pénélope de la Iglesia, on y retrouvera les sujets tournés par la jeune rédaction de Vice aux quatre coins de la planète ou tout près d'ici. 45 minutes pour documenter l'actualité, la culture, la société et ses marges, là où toutes les caméras ne vont pas.

A commencer par la Sicile, dans le port de Catane, l’un des points d'entrée des migrants en Europe par voie maritime. Milène Larsson a enquêté sur les trafiquants qui les escroquent, comme sur ceux qui tentent de leur venir en aide.

Au programme de cette semaine :

Migrants et trafiquants en Sicile

Cet été, le nombre de migrants arrivés en Europe a explosé. Depuis le début de l’année, ils sont plus de 430 000 à y avoir demandé l’asile. Parmi les réfugiés, certains ont fait le voyage par leurs propres moyens. Mais, la majorité doit payer des passeurs plusieurs milliers de dollars pour atteindre la Hongrie, la Grèce ou encore l’Italie. Les pays européens ont bien compris l’enjeu qu’il y avait à s’attaquer aux réseaux criminels qui prospèrent grâce au trafic d’êtres humains. Seulement dans le flux des arrivées, les policiers ont beaucoup de mal à distinguer les passeurs des migrants. Au mois de juin, notre journaliste Milène Larsson s’est rendue en Sicile. Là-bas, elle a pu constater que la plupart des personnes arrêtées par la police ne sont que les petites mains du trafic. Les donneurs d'ordre, eux, se trouvent de l'autre côté de la Méditerranée où les polices européennes ne peuvent pas les atteindre.

Lycéennes à louer au Japon

Là-bas, des jeunes, mais aussi des hommes d’âge mûr, vouent un véritable culte aux jeunes femmes en jupe plissée. Que ce soit dans les Mangas ou dans la J-pop, elles alimentent tous les fantasmes. Cette obsession pour le Kawaii, c’est-à-dire à peu près tout ce qui est mignon et enfantin, des lol cats à Hello Kitty, a pris un virage inquiétant. Les « Joshi Kosei Osanpo », les « promenades lycéennes » en français, sont l’occasion de voir de jeunes écolières aux bras d’hommes beaucoup plus âgés. Sur le papier, tout est gentil et naïf : les hommes peuvent louer des ados à l’heure simplement pour se faire tirer les cartes ou discuter autour d’un thé. Sauf que derrière ces rencontres se cachent parfois des réseaux de proxénétisme. Notre journaliste Simon Ostrovsky est allé se promener dans les rues illuminées du quartier d’Akihabara pour tenter de découvrir leur côté obscur.

Les gothiques du Barrio

Cholos, c’est comme ça qu’on appelle les membres de gangs mexicains en Californie. Ils sont généralement bien musclés, portent des bandanas sur la tête, des gros baggys et roulent en lowriders, ces voitures aux suspensions modifiées. Ils sont apparus dans les années 70 lorsque les immigrés mexicains se sont appropriés la culture des gangs afro-américains. Rien à voir avec le mouvement Gothique, une sous-culture essentiellement blanche inspirée par l’époque victorienne et le romantisme, où la musique ne respire pas forcément le soleil. Mais pour Leafar Seyer, pas question de choisir entre ses racines cholo et la musique dark qu’il aime. Les ongles vernis en noir et les symboles de son gang tatoués sur le corps, il importe le Gothique dans le barrio.

Rédigé par Le Zapping du PAF

Publié dans #France 4, #Gdcentr4l

Commenter cet article

henry 05/05/2016 20:48

Pénélope de la Iglesia hummmm