La métamorphose de Christine Constantien dans "Faites entrer l'accusé" sur France 2

Publié le 12 Avril 2015

Frédérique Lantieri (Crédit photo : Jean Pimentel / FTV)

Frédérique Lantieri (Crédit photo : Jean Pimentel / FTV)

Ce dimanche à 20h35, Frédérique Lantieri présenta sur France 2 un nouvel épisode inédit de « Faites entrer l’accusé » qui aura pour thème « La métamorphose de Christine Constantien », un document d'Agnès Hubschman.

Lorsque Patrick Constantien a été assommé et égorgé, le 18 novembre 2008, sur son canapé, les enquêteurs ont vite soupçonné son épouse, Christine. Certes, l’homme avait reçu de nombreuses lettres de menaces et il avait failli périr brûlé vif, dans sa tente de camping, lors d’une partie de pêche… Mais les enquêteurs n’ont jamais cru, que ce petit bonhomme d’un mètre soixante, jardinier municipal à Amneville, avait pu s’attirer l’animosité de quelqu’un d’autre ; susciter un tel déchainement de violence contre lui, mis à part celui de sa femme. Et les experts leur ont donné raison sur plus d’un point !

Les lettres anonymes ? Les graphologues ont démontré que c’est Christine qui les avait rédigées ! L’incendie de la tente ? Il était, peut être, aussi de son fait. Car l’analyse des communications téléphoniques a montré qu’elle avait menti. Contrairement à ses déclarations, la mère de famille s’est rendue au camping, ce soir là… Et l’analyse de ses factures téléphoniques a révélé bien d’autres choses encore ! Notamment, le double mobile pour lequel, cette femme aurait pu se débarrasser de son mari, après plus de vingt ans de mariage. La mère de famille avait retrouvé le grand amour… mais cette passion lui coûtait cher. Ses 39 000 SMS, surtaxés, à Séraphin ont mis sa famille sur la paille. De crédit en crédit, Christine Constantien s’est retrouvée prise à la gorge. La mort de son époux, et le versement de son assurance décès, arrivaient au bon moment... pour refaire sa vie et régler ses dettes !

Mais Christine Constantien n’a jamais varié sur un point : son innocence. Quand elle a compris que ses silences, ses sanglots, et son regard défait l’accusaient , elle s’est fait couper les cheveux. Elle s’est maquillée, elle a changé de look. Elle a travaillé son dossier avec ses avocates ; comme on répète une pièce. Et elle a fini par être entendue !

Rédigé par Le Zapping du PAF

Publié dans #France 2

Commenter cet article