Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« Sous la pluie de feu » dans "13h15, le dimanche" sur France 2

« Sous la pluie de feu » dans "13h15, le dimanche" sur France 2

Des images, des émotions, une écriture sensible aux aventures humaines : «13h15, le samedi...» et «13h15, le dimanche...» proposent des histoires françaises, le feuilleton de la politique, les coulisses de la vie de tous les jours, les sagas familiales et les confidences des grands témoins.

Le magazine de la rédaction de France 2 au ton dynamique et décalé sur l'actualité, l'air du temps et la politique.

Au sommaire ce dimanche 19 novembre, « Sous la pluie de feu », un document de Romain Potocki, Eric Chevallier, Maël et Mathieu Houel.

De septembre 1914 à septembre 1918, les troupes françaises et allemandes se sont battues avec acharnement pour le village de Vauquois, au sommet d’une butte de 80 m de haut.

Situé dans la Meuse à 30 km de Verdun, cette position permet d’en contrôler l’approvisionnement et offre une vue imbattable pour régler l’artillerie contre les ennemis.

Durant ces 1500 jours de combats acharnés, la butte de Vauquois a tout connu, au point d’en faire un concentré de la Grande Guerre. Premiers lance-flammes, engins explosifs en tout genre, gaz, et surtout la guerre des mines : chaque camp creuse dans la butte d’innombrables souterrains, afin d’aller enfouir des tonnes d’explosifs sous les tranchées adverses, pour les faire sauter.

De ces hommes qui vivent sous terre, 14 000 vont mourir. Parmi ceux qui ont survécu, un jeune étudiant : André Pézard, 21 ans au début de la bataille.

Dans l’un de ses 5 petits carnets, le jeune lieutenant note tout. Après l’armistice, il en fera un livre sous le titre « Nous autres à Vauquois », que beaucoup considèrent comme l’un des témoignages les plus forts du premier conflit mondial.

Côté allemand, trois hommes ont écrit : Hermann Hoppe, qui a construit la salle des machines capable d’alimenter 17 kms de galerie en électricité. August Schmitz, le guetteur. Et Friedrich Von Hullesheim, le dernier officier sur la colline.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article