Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Né d'une PMA, je veux savoir d'où je viens !", documentaire inédit le 12 juillet sur téva

"Né d'une PMA, je veux savoir d'où je viens !", documentaire inédit le 12 juillet sur téva

Le vendredi 12 juillet à 20h50, téva diffusera "Né d'une PMA, je veux savoir d'où je viens !", un documentaire inédit réalisé par Stéphanie Mischi et Candice Baudin pour Yemaya.

Chaque année, plus de 26 000 bébés naissent grâce aux différentes techniques de Procréation Médicalement Assistée. La plupart sont issus des gamètes de leurs parents, mais certains ont été conçus grâce à un donneur anonyme de sperme ou d’ovocyte.

Aujourd’hui, malgré l’évolution des mentalités, cette aide à la conception reste un sujet tabou. Alors, quand le secret est levé, ces jeunes ont parfois l’impression que leur monde s’écroule. Comment affronter l’avalanche de questions qu’ils se posent sur leur origine et leur hérédité ?

Stéphanie Mischi et Candice Baudin ont enquêté au coeur des familles sur les tabous et les secrets liés aux dons, mais aussi sur les scandales qui pourraient éclater suite aux pratiques douteuses exercées autrefois par des médecins peu scrupuleux.

Devenus adultes, ces enfants issus de dons nous racontent leur émouvante histoire :
Camille, 29 ans, a remonté la piste de son donneur grâce à un test ADN acheté sur internet

Pauline, 28 ans, a appris brutalement que son père n’était pas son parent biologique. Depuis, elle milite pour faire changer la loi

Clément, 30 ans, a attaqué l’État français devant la Cour européenne des droits de l’homme pour obtenir des informations sur son géniteur

Maud, 30 ans, conçue par don de sperme dans un cabinet médical privé, comme sa soeur aînée lourdement handicapée, est sous le choc en découvrant qu’elles sont issues du même donneur. Son sperme pourrait présenter de gros risques en terme de patrimoine génétique.

Tous ont décidé de se battre pour mettre l’État français face à ses responsabilités : certains exigent la levée de l’anonymat des donneurs, d’autres demandent juste à avoir accès à des informations génétiques pour eux-mêmes et leur descendance.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article