Pour ou contre Trump : des Français au cœur de la folie des élections américaines dans Zone Interdite sur M6

Publié le 1 Novembre 2020

Pour ou contre Trump : des Français au cœur de la folie des élections américaines dans Zone Interdite sur M6

Ce soir dans "Zone interdite" sur M6 à 21h05 Ophélie Meunier proposera aux téléspectateurs le document Pour ou contre Trump : des Français au cœur de la folie des élections américaines

150 000 Français sont installés aux États-Unis. C'est la 2e plus grande communauté française hors de l'hexagone. Comme les Américains, ils vivent cette élection avec passion et en redoutent le résultat. Pour eux, la vie peut changer début novembre, certains pensent même quitter le pays si la balance politique penche d'un côté plutôt que de l'autre. Ophélie Meunier et les équipes de Zone Interdite les ont suivis pendant toute la campagne dans une Amérique plus divisée que jamais.

Éric a quitté Marly-le-Roi en banlieue parisienne en 2014 pour s'installer sous le soleil de Floride. Ce « self made man » amoureux de l'Amérique est un fan inconditionnel de Donald Trump. À Miami il a monté une station de lavage de voitures qui lui rapporte autour de 10 000 dollars par mois. Avec sa femme, ils habitent une belle maison avec piscine et collectionnent les grosses cylindrées. Une vie dorée qui n'empêche pas Véronique de faire les ménages dans les locations saisonnières qu'elle gère. Un petit plus de 3 000 dollars par mois dans les finances du couple. Avec leurs amis, ils sont de tous les meetings pro-Trump, toujours spectaculaires, même en période de coronavirus.

Yvan, 38 ans, star du rodéo né à Aubagne (Bouches-du-Rhône), est, lui, en revanche l'un des rares démocrates dans sa région. Marié à une Américaine, il a la double nationalité et compte bien voter Joe Biden. Mais au Texas, le candidat démocrate compte peu de soutiens parmi les voisins d'Yvan. Certaines de ses connaissances considèrent même que le Français n'est plus le bienvenu et lui conseillent de rentrer dans son pays. Yvan craint particulièrement que Trump supprime « l'Obama care », la couverture santé américaine. Sans cette aide il ne pourra plus faire face aux frais médicaux de sa petite fille Sienna, 8 ans, victime d'un accident cérébral.

Bena, la parisienne immigrée à New York est une rappeuse et mannequin d'origine congolaise. Elle est devenue une militante très active du mouvement « Black Lives Matter ». Paradoxalement, les positions radicales de Trump lui apparaissent comme une bonne chose puisqu'elles permettent à ses opposants de se fédérer. Les mouvements anti- racistes, contre le réchauffement climatique, pour la promotion des droits LGBT+ sont très puissants aux États-Unis, les Français qui en font partie se mobilisent pour que Trump n'accèdent pas à un second mandat.

Comme Iris, l'ado écolo qui a quitté Bordeaux (Gironde) avec sa famille pour la Californie. Proche de Greta Thunberg, elle était avec elle au siège de l'ONU pour lancer l'alerte contre le réchauffement climatique. Avec ses parents qui travaillent dans la Silicon Valley, elle sait parfaitement comment utiliser les réseaux sociaux comme relais d'opinions et en ce moment Iris, 17 ans, est en pleine action.

En pleine action aussi Francesco, l'évangéliste surfer, originaire de Nîmes (Gard). Sur sa planche ou son skate, ukulélé à la main, lui ne manque jamais une occasion de porter la bonne parole Trumpiste sur la plage ou dans les lieux branchés de San Francisco (Californie). En pleine épidémie, ce trentenaire ne porte jamais de masque à l'instar des 9 000 fidèles de la gigantesque église qu'il fréquente chaque dimanche. Le masque est devenu un marqueur politique aux État-Unis : les démocrates le portent, les supporters de Trump jamais.

Le virus longtemps nié par Trump, est pourtant en train de mettre des millions d'Américains au chômage, comme Benoît originaire de Montauban (Tarn-et-Garonne). Ce champion français de natation synchronisée installé à Las Vegas (Nevada) gagnait 100 000 dollars par an grâce à son numéro au Cirque du Soleil. Pour lui la pandémie a tout changé : plus de shows, les casinos fermés, la ville lumière est aujourd'hui un désert. L'Amérique est-elle en train de reprendre à Benoît tout ce qu'elle lui a donné ? Car c'est aux États-Unis qu'il a pu vivre son homosexualité au grand jour, se marier avec son compagnon et devenir père d'une petite Ciella grâce à une mère porteuse. La petite fille a aujourd'hui 6 ans et Ali la mère porteuse s'inquiète pour ses amis : Trump est ouvertement anti-gay et ses soutiens remettent régulièrement en cause les droits parentaux des homosexuels.

 

Rédigé par Sarah

Publié dans #M6, #Actu TV

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article