"Sauveurs d’espèces, un espoir pour la planète", documentaire avec la primatologue Jane Goodall, diffusée ce soir sur ARTE (vidéo)

Publié le 7 Novembre 2020

"Sauveurs d’espèces, un espoir pour la planète", documentaire avec la primatologue Jane Goodall, diffusée ce soir sur ARTE (vidéo)

Ce samedi à 20h50, ARTE diffusera "Sauveurs d’espèces, un espoir pour la planète", un documentaire inédit d’Inga Turczyn avec la célèbre primatologue britannique Jane Goodall.

Jane Goodall, grande dame de 86 ans, se promène dans son jardin, à Bournemouth, quand un chant d’oiseau lui fait lever la tête. Malicieuse, elle y répond en imitant le cri du chimpanzé, espèce qu’elle a étudiée au début de sa carrière de primatologue en Tanzanie, au milieu des années 1950. Aujourd’hui, plus que jamais, les grands singes sont en danger, à l’instar des orangs-outans de Bornéo, dont l’habitat se réduit à peau de chagrin à cause de la déforestation. C’est avec eux, dans un centre de réadaptation pour les individus blessés ou orphelins, que s’amorce ce tour du monde des espèces menacées, à la rencontre de celles et ceux qui se consacrent à leur préservation, parfois au péril de leur vie : au Kenya, ces héros discrets veillent sur les deux derniers rhinocéros blancs du Nord, placés sous la garde d’hommes en armes ; en Allemagne, des sauveteurs aident des fourmis rousses et des chauves-souris condamnées par l’extension du réseau routier ; en Équateur, un biologiste explore la nature à la recherche d’une grenouille en voie d’extinction…

À l’heure des incendies géants en Australie et en Californie, et de la crise du Covid-19, l’équilibre rompu entre l’humain et la nature est-il encore restaurable ? Pollution, braconnage, destruction des forêts... : l’homme est responsable du déclin et de la disparition des espèces, qui se sont dramatiquement accélérés ces dernières années. Mais c’est aussi lui qui peut réparer le vivant, comme le montrent des expériences sur les cellules souches d’espèces quasiment disparues. Avec en fil rouge une interview de Jane Goodall, et de sublimes images d’animaux en sursis, ce documentaire, loin d’être un constat amer des dégâts causés par l’homme, prend au contraire la forme d’un magnifique chant d’amour et d’espoir pour la construction d’un futur en harmonie avec la nature.

Rédigé par Jeremy

Publié dans #Actu TV, #ARTE

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article