Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"La France d’Elizabeth" dans "13h15, le dimanche" sur France 2

"La France d’Elizabeth" dans "13h15, le dimanche" sur France 2

Des images, des émotions, une écriture sensible aux aventures humaines : « 13h15, le samedi » et « 13h15, le dimanche » proposent des histoires françaises, le feuilleton de la politique, les coulisses de la vie de tous les jours, les sagas familiales et les confidences des grands témoins.

Le magazine de la rédaction de France 2 au ton dynamique et décalé sur l'actualité, l'air du temps et la politique.

Au sommaire ce dimanche 10 janvier, "La France d’Elizabeth", une série inédite, en quatre épisodes signée François-Julien Piednoir, Marine Suzzoni et Anthony Santoro.

Entre le Royaume Uni d’Elizabeth II et la France, s’est nouée une relation tourmentée, chaotique qui débute par un coup de foudre en 1948 à Paris quand elle n’a que 26 ans et n’est encore que princesse.

En 68 ans de règne, Elizabeth II a connu dix de nos présidents, de Vincent Auriol à Emmanuel Macron….

Quelle relation a-t-elle entretenu avec chacun d’entre eux ? Comment Elizabeth II a- t-elle permis de faire avancer l’entente cordiale ?

Dans le second chapitre de la série, « 13h15 le dimanche » fait un bond dans le temps, en 1960. De Gaulle est l’homme fort en France et en Europe. Elizabeth II l’invite donc en visite d’état à Londres, où il revient pour la première fois depuis son appel du 18 juin en 1940, afin de tenter de le convaincre de laisser entrer le Royaume Uni dans la communauté européenne.

Peu à peu, au fil du temps, Elizabeth II  fait ses preuves de chef d’Etat, et noue des liens privilégiés avec les présidents français : De Gaulle, Pompidou, Mitterrand. Jusqu’à la présidence de Jacques Chirac où, à la fin de l’été 1997, l’accident de voiture en plein Paris qui coûta la vie à son ex belle-fille, Lady Diana, fit trembler la monarchie.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article