Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Les ravages du proto", une enquête sur le protoxyde d'azote et son usage détournédisponible sur France.TV Slash

"Les ravages du proto", une enquête sur le protoxyde d'azote et son usage détournédisponible sur France.TV Slash

Dans la série documentaire "Génération 2021", Hugo Clément et Axel Roux font le portrait de la jeune génération confrontée aux grandes problématiques qui agitent la société.

Précarité, engagement, maladie, addiction, prison, sexe, réseaux sociaux… 6 épisodes coups de poing qui racontent notre époque. Une année charnière. 2021.

Le nouvel opus disponible ce mercredi sur la plateforme France.TV Slash s'intéresse au protoxyde d'azote, également appelé oxyde nitreux dont les jeunes font un usage détourné : enquête sur les ravages du « proto ».

Hugo Clément, Marie Lecoq et Axel Roux enquêtent sur les ravages du « proto », le gaz hilarant qui cartonne en ce moment chez les jeunes. Embarquez avec un dealer de bonbonnes de protoxyde d’azote qui révèle les dessous d’un business très lucratif aux frontières de l’illicite. En France, le proto s’achète de manière légale pour les personnes majeures, et sa consommation commence à peine à être encadrée.  

Un boom qui n’est pas sans conséquence sur la santé : brûlure, asphyxie, troubles neurologiques… La toxicologue Cécilia Solal alerte sur les dangers de la consommation de ce produit récréatif et sur les risques à long terme. Et partage son inquiétude. Selon une étude de santé publique, le protoxyde d’azote est devenu la deuxième substance psychoactive la plus consommée chez les étudiants, derrière le cannabis.

À 21 ans, Axel Bahier se considère lui comme un ancien addict du proto. En soirée avec ses proches, il fait un arrêt respiratoire à cause du produit et s’en sort de justesse. Depuis, il sensibilise sa génération aux dangers d’un produit jugé trop souvent inoffensif par les plus jeunes, alors qu'il peut dans le pire des cas prendre la vie. Près de Verdun, Nadine et Daniel le savent trop bien. Leur fils, Yohan, est décédé à 19 ans des suites d’un arrêt cardiaque après avoir inhalé du protoxyde d’azote. Ils lancent un cri du cœur pour dire que cela n’arrive pas qu’aux autres : « Vous n'êtes pas immortel les jeunes. Perdre la vie pour 5 minutes de fou rire, c’est trop bête... »

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article