"L'art d'être con !" dans "Stupéfiant !" ce soir sur France 2

Publié le 18 Mars 2019

Léa Salamé (Crédit photo : Delphine Ghosarossian / FTV)

Léa Salamé (Crédit photo : Delphine Ghosarossian / FTV)

Léa Salamé et toute l’équipe du magazine culturel "Stupéfiant !" sont de retour pour une troisième saison tous les lundis en deuxième partie de soirée sur France 2 pour célébrer le beau, le rock, les icônes, le populaire et toutes les composantes de la culture.

Bref, pour éclairer l’art de façon… stupéfiante ! Chaque semaine, l’émission sera consacrée à un thème unique, décliné en reportages étonnants, enquêtes fouillées et portraits acérés ! Et, bien sûr, vous retrouverez les grands entretiens de Léa Salamé et la « Brigade du Stup » de Loïc Prigent !

Ils osent tout ! c’est même à çà qu’on les reconnaît ! Brassens et Gainsbourg les ont chantés, Audiard et Veber les ont sublimés, et à l’ère des réseaux sociaux, ils sont partout !

Pourquoi les cons nourrissent-ils les romans, les films et les musées ? Pourquoi font-ils partie de notre patrimoine culturel ?

Cette semaine, Stupéfiant ! vous proposera une émission spéciale sur l’art... d’être con !

Léa Salamé recevra deux réalisateurs, experts dans la mise en scène des cons : Michel Hazanavicius, le « père » d’OSS 117, et Patrice Leconte, celui des « Bronzés »

À quoi servent les cons ? - Par Élise Le Bivic
En 2019, la connerie fait réfléchir ! Et les cons sont devenus un phénomène d’édition ! Les plus grands philosophes, psychologues et sociologues planchent sur une question : De Molière à Coluche, en passant par Twitter, à quoi servent les cons !

François Pignon, le roi des cons - Par Léa Barracco
Il y a 20 ans, les dialogues ciselés de Francis Veber et son « Dîner de Cons » remportaient 3 Césars. Son personnage François Pignon, successivement interprété par Jacques Brel, Pierre Richard, Jacques Villeret, ou plus récemment Patrick Timsit, entrait dans la postérité !

La revanche du con - Par Gabriel Garcia 
Le « con », c’est aussi le nom du sexe « anatomique » féminin. Apollinaire, Aragon ou Pierre Perret s’en sont emparés... avant que le mot ne tombe un peu dans l’oubli ! Mais voilà qu’aujourd’hui, le con devient l’étendard d’une génération d’artistes féministes : c’est la revanche du con !

Rédigé par Jeremy

Publié dans #Actu TV, #France 2

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article