Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Marseille : quand la drogue prend le pouvoir" au sommaire du magazine "Enquête Exclusive" ce soir sur M6

"Marseille : quand la drogue prend le pouvoir" au sommaire du magazine "Enquête Exclusive" ce soir sur M6

Bernard de la Villardière proposera ce soir à 23h10 sur M6, un nouveau numéro de son magazine "Enquête Exclusive" avec au programme ce soir le document "Marseille : quand la drogue prend le pouvoir".

À Marseille (Bouches-du-Rhône), les mois de juillet, août et septembre ont été les plus meurtriers de l’histoire de la cité phocéenne. Quinze morts dans des fusillades sur fond de trafic de stupéfiants, principalement dans les quartiers nord où les gangs se livrent une guerre sans merci pour contrôler le marché de la drogue.

Car à Marseille, les enjeux économiques sont énormes. Le trafic de stupéfiants, qui représente plus de trente millions d’euros par mois, se répand aujourd’hui dans toute l’économie locale. Investissements immobiliers, blanchiment d’argent, boutiques de luxe, clubs de sports, instituts de beauté, tous les secteurs en profitent. Peu à peu, la drogue a pris le pouvoir dans la cité phocéenne.

Pendant plusieurs mois, nos équipes ont suivi, nuit et jour, les hommes de la police marseillaise, de l’Office antistupéfiants et des brigades spécialisées de terrain (BST). Techniques de harcèlement, opérations « coup de poing », ces unités d’élite mettent tout en œuvre pour lutter au quotidien contre ces réseaux criminels qui gangrènent la ville. Une de leurs missions : démanteler les points de vente (environ deux-cents au cœur des cités), dont certains génèrent près de 100 000 euros par jour. Rien qu’au premier semestre 2021, les policiers ont arrêté 8 000 trafiquants de drogue. 60% d'entre eux avaient des armes, souvent des armes de guerre.

Pour comprendre l’organisation de ces gangs qui ont transformé les quartiers nord en empires du crime, nos journalistes ont rencontré certains de leurs membres. Ils appartiennent à des structures très hiérarchisées, gérées comme de véritables entreprises. Mais ici, la mort n’est jamais loin. Parmi la liste des cadavres qui s’accumulent, on compte aussi des innocents. Certaines familles endeuillées, meurtries à jamais, ont ainsi perdu un proche, victimes collatérales d’une guerre des gangs qui n’a jamais fait couler autant de sang à Marseille.

Crédit photo : Benjamin Decoin / M6

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article