Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les oubliés de la crise du logement dans Hors Série

samuel-etienne-charlotte-schousboe_f3.jpg

Dans le cadre de la case "Hors Série", France 3 diffusera ce soir à 20h35 "Les oubliés de la crise du logement"

Un Français sur deux vit dans des copropriétés privées. Et, pour beaucoup d'entre eux, le rêve de l'accession à la propriété a viré au cauchemar. Qu'ils aient acheté dans de grands ensembles vieillissants et mal conçus ou dans de petits immeubles vétustes des centres-villes, ces petits propriétaires modestes sont souvent pris au piège de leurs rêves, écrasés par le poids des charges.
Nous les avons suivis à Clichy-sous-Bois, en banlieue parisienne, où les appartements ne valent plus grand-chose, et à Brest, dans le centre-ville rongé par un champignon dévastateur, la mérule. Ils sont les oubliés de la crise du logement.

À Clichy-sous-Bois, les premiers propriétaires des grands ensembles, construit à la fin des années 1950, ont vite déchanté. On leur avait promis des cités radieuses, mais les immeubles, totalement détériorés, sont à l'abandon. Ceux qui y vivent aujourd'hui n'ont pas le choix. À défaut d'obtenir un logement social, ils ont été contraints d'acheter dans ces copropriétés dégradées où le mètre carré est le moins cher. Nous nous sommes immergés au Chêne Pointu, à Clichy-sous-Bois, un quartier à la dérive comme tant d'autres en France. La copropriété compte 6 000 habitants qui vivent dans dix-huit bâtiments, totalement délabrés. Les ascenseurs ne fonctionnent plus, le chauffage tombe régulièrement en panne, et les caves sont habitées par des rats. Pourtant, les charges courantes s'élèvent à près de 350 euros par mois ; une petite fortune pour ces propriétaires pauvres. 60 % d'entre eux ne parviennent plus à payer leurs charges. La copropriété est en faillite. Après cinq ans d'attente pour un logement social, cinq ans de galère, Fairouz a acheté un appartement au Chêne Pointu, le seul dans ses moyens. L'agence immobilière lui avait caché le montant des charges et promis une rénovation des bâtiments. Deux ans plus tard, rien n'a changé… Propriétaire d'un trois pièces au huitième étage d'un immeuble sans ascenseur, elle est contrainte de stocker ses courses dans le coffre de sa voiture et de les monter au compte-gouttes.


Ce documentaire sera suivi d'un post-scriptum présenté par Samuel Etienne.

Crédit photo : Charlotte Schousboe / France 3


Related Posts with Thumbnails

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article