Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sept à huit sur TF1 : Le sommaire du dimanche 13 mai

7a8-christophe-chevalin.jpg

 

Ce dimanche à 17h45 sur TF1, Harry Roselmack présentera  un nouveau numéro de Sept à Huit. Au programme de ce nouveau numéro :

LA REUSSITE EN COULEURS
Le parcours fulgurant  de Hapsatou Sy  est présenté comme un modèle de réussite. A l'âge de 30 ans,  cette jeune chef d'entreprise a déjà ouvert une vingtaine de salons de beauté. Leur originalité : les employés sont formés pour travailler sur tous les types de peaux et de cheveux, qui ont chacun des spécificités selon l'origine ethnique. Fille d'immigrés sénégalais et mauritaniens et issue d'un milieu populaire, Hapsatou Sy a démarré avec ses seules économies en poche. Elle fait aujourd'hui figure d'exemple pour promouvoir la diversité et aide à son tour des jeunes femmes originaires de quartiers difficiles, qui veulent, comme elle, se lancer et ouvrir leur propre salon. Un reportage de Ioulia Kapoustina, Bertrand Rube et Jean-Pierre Wurtz.

POUPÉES DE CHIFFON
C'est une poupée à l'ancienne. Du chiffon, des traits simples, des formes rebondies. Enfants et mamans en raffolent : elles peuvent choisir la couleur de la peau, celle des yeux, des cheveux, et s'amuser avec une large panoplie de vêtements. Ces poupées, créées  au début du siècle dernier, ont été remises au goût du jour aux Etats-Unis puis, récemment, en Europe. Malgré leur prix élevé, une centaine d'euros, Stéphanie en a offert une à chacun de ses six enfants. Pénélope, elle, en a fait un métier : sans emploi, elle fabrique des poupées et les revend sur Internet. Face au succès de ses créations, elle s'est associée à une designer, afin de créer une ligne de vêtements, dont le lancement a permis de sauver une douzaine d'emplois. Un reportage de Marie-Alix Brucker et Guillaume Lhotellier, qui retrace le succès d'une irrésistible poupée de chiffon.

LA VOIX ROYALE
Son parti est de retour au pouvoir, son ex-compagnon entre à l'Elysée, ses enfants suscitent la curiosité des médias, et ses camarades socialistes commencent à se répartir postes et responsabilités. Quelle sera la place de celle qui a tutoyé la présidence il y a 5 ans ?   Christophe Widemann et Christophe Busché ont suivi Ségolène Royal tout au long de cette semaine décisive.

MEURTRE GOTHIQUE
Sonia avait 17 ans et était lycéenne à Laon, dans l'Aisne. Le 22 avril dernier, son corps a été retrouvé lardé d'une vingtaine de coups de couteau. Son meurtrier présumé est un de ses amis : Lewis Peschet, 18 ans, lui aussi élève de terminale à Laon. Devant les gendarmes il avoue froidement le meurtre et explique qu'il avait " envie de donner la mort ". Pourquoi ce jeune homme taciturne, qui arbore un style gothique, aurait-il commis un tel geste ? Paul Labrosse et David Peressetchensky ont tenté de cerner la personnalité tourmentée de ce lycéen fasciné par la mort.

LES IMMOLÉS D'ALGÉRIE
En janvier dernier, Hicham a reçu l'ordre de fermer le petit étal de lunettes qu'il tenait sur les trottoirs de Tiaret, à 350 kilomètres d'Alger. En réaction, ce jeune homme de 22 ans s'est immolé par le feu en pleine rue. Un geste de désespoir comme il s'en produit une centaine chaque année en Algérie. Des suicides au grand jour, sur fond de désespoir social. Jérémie Drieu a recueilli pour " Sept à Huit " les témoignages poignants de proches de victimes et de rescapés d'immolations. Un document rare sur un sujet très sensible en Algérie, pays jusque-là épargné par la vague des révolutions arabes.
 
PATISSERIE HAUTE COUTURE
C'est l'histoire d'un homme qui fait des gâteaux comme d'autres font de la haute couture : une collection par saison, des défilés pour présenter ses nouveautés et même des créations sur mesure pour clients fortunés. En 15 ans, Pierre Hermé est devenu une star de la gourmandise de Paris à Tokyo. La spécialité qui l'a rendu célèbre : le macaron, qu'il décline en 25 parfums différents. Orange et carotte à la cannelle de Ceylan, ganache chocolat et foie gras ou encore huile d'olive à la mandarine... Nicolas Mondoly et Mathieu Huou dressent le portrait de celui que la presse américaine a surnommé le " Picasso de la pâtisserie ".

LE VILLAGE DES COBRAS
Bienvenue dans le village où les animaux de compagnie sont des serpents ! A Kok San Nga en Thaïlande, cent cinquante cobras pour cinq cents habitants ! Afin de pouvoir participer plus tard à des spectacles, les enfants apprennent dès leur plus jeune âge à affronter des cobras royaux, dont le venin est mortel. Un reportage d'Emmanuel Reitz et Seddick Chettab.

MORT SUR INTERNET
C'est la première fois que cette maman trouve le courage de raconter l'histoire de Cédric, son fils de 17 ans. Tout commence sur Internet. A la demande d'une certaine Jennifer, avec laquelle il chat en ligne, Cédric accepte de se mettre nu devant la caméra de son ordinateur. Dès lors, Jennifer se transforme en maître-chanteur et lui réclame de l'argent. Dans la lettre qu'il laissera à ses parents, Cédric évoque son amour pour eux et surtout cette douleur et cette honte, trop forte pour qu'il continue de vivre avec. Victime d'Internet, de ses dérives, de ses silences pesants et de ses menaces permanentes, Cédric a fait le choix de partir en se pendant. C'est le portrait de la semaine par Thierry Demaizière et Alban Teurlai.

 

Crédit photo : Christophe Chevalin / TF1    

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

valerie 14/05/2012 11:10


je ne suis pas sure que les transitions entre les reportages soient du meilleur goût


passer de l'horeur de ces algériens qui optent pour l'immolation en désespoir de cause qui vivent dans la misère. après ce reportage poignant de cet homme brulé qui a vu sa petite fille en flamme
a un reportage sur la patisserie sans aucune transition.C'est vrai que se faire faire un gâteau de mariage unique pour 5000 euros  après avoir vu la misère de ces gens.même si on sait que
ces deux mondes existent on aurai pu éviter de les associer de cette manière . 

labery 14/05/2012 01:19


Nous avons été choqués par l'attitude désinvolte et le grand sourire indécent  d'Harry roselmack lors de la transition entre le reportage poignant des immolés d'Algérie et celui de la
Patisserie haute couture. Rien, pas un mot d'empathie. C'est une honte.

hadjiat 13/05/2012 22:00


Je suis d'origine algérienne et j'ai honte. Pour un pays où certains jouent d'une richesse effrontée, où d'autres ne vous parlent qu'en milliard de dinard, où l'immobilier flambe au-delà du réel.
J'ai honte pour un pays qui n'a pas de dette et jouïe d'une richesse incroyable grâce à l'or noir et au gaz. Si on ne laisse pas les plus pauvres gagner leur pain grâce à des petits commerces
faute de mieux, alors qu'on leur donne un minimum de revenu pour vivre ! Il faut baisser les masques et mettre fin au" coût de piston" ou au" pots de vin" pour pouvoir bénéficier d'un toit
descent ou tout autre avantage dit "social" ! Il faut que notre Président ne reste pas insensible à cette détresse et contrôle sévèrement certains Maires et Préfets qui noircissent ainsi notre
Pays...