Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

[Billet d'humeur] Le « Buzz » publicité déguisée.

buzz.jpgAprès quelques mois d'absence pour un heureux évemenement (toutes nos félicitations), Fabrice vous a concocté un tout nouveau billet d'humeur sur un mot qui fait fureur en ce moment : le buzz !

Et n'hésitez pas également à aller visiter son site internet sur les années 90 (http://blog90.over-blog.fr/).

Ah ! Le « buzz », voici un beau mot très à la mode et pas seulement à cause de sa consonance anglaise. Le « buzz », qui veut dire bourdonnement en anglais, fut d’abord un terme marketing pour désigner le bruit fait autour d’un nouveau produit ou d’une offre. Mais ce terme s’utilise de plus en plus pour parler d’un contenu  (vidéo ou audio) vu ou entendu dans les média par un maximum de personnes en un minimum de temps.

Les média ont vite fait de compiler les deux définitions pour faire du Buzz un contenu faisant la promotion marketing d’un programme et vu/entendu par un maximum de personnes. Pour se faire entendre et exister dans cette jungle médiatique, il faut avoir le buzz le plus gros, le plus fou, le plus énorme, odieux, scandaleux, révélateur, exclusif, pour être repris par un maximum de canaux de communication et avoir une pub gratuite. Finalité marketing.

Attention, le buzz ne doit pas durer plus de quelques minutes pour ne pas lasser. Il doit contenir une phrase choc pouvant tenir dans un titre accrocheur. A défaut utiliser dans le titre les mots « Clash », « Polémiques » ou « Tensions ».  Les acteurs du Buzz doivent être des peoples. En effet le titre « Clash hier soir dans ma cuisine entre ma mère et ma sœur » n’est pas vendeur.  Un bon « buzz » peut même rebondir plusieurs jours si les acteurs du « buzz » reviennent dessus. Là c’est le jackpot car le média d’origine du « buzz » sera toujours cité.

Toutes les émissions nouvelles ou en perte de vitesse ont souvent recourt à un buzz. Du coup c’est la surenchère pour exister et les interviewers cherchent à faire dire à leurs invités une phrase choc réutilisable, une phrase « buzzable ».

C’est le cas des interviews radio du matin dont il faut absolument en sortir une phrase reprise sur les sites internet en citant la source (le nom de la radio) tout au long de la journée.  Les chroniqueurs, quant à eux, vont dans les extrêmes pour attirer les regards sur leurs chroniques à un degré tel que la méchanceté et le mépris sont trop souvent utilisés.
Certains clash entre deux personnes paraissent scénarisés ou du moins inévitables. Prenons par exemple l’émission de Ruquier le samedi soir sur France 2.  Il y a là deux fameux chroniqueurs qui font tout pour qu’il y ait un clash avec l’invité.  Plus le clash est beau, plus le « buzz » sur le net est énorme et plus les gens voudront voir l’émission pour assister au clash en direct et de ce fait l’audience montera et c’est là que l’invité que se fait « clasher » y trouve son compte ; sa promo et vu par un maximum de gens.  L’invité n’est quand même pas maso.  Nous retombons dans le marketing.

Un « buzz » n’est ni plus n’y moins qu’une publicité gratuite pour un programme qui sert celui qui le lance et celui ou ceux qui le relais (site internet, journaux, radio…)  grâce à l’audience qu’il génère.

La seule perdante dans l’histoire c’est la vérité. L’exagération ou les mots sortis de leur contexte déforment très souvent la vérité.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

amedee 10/03/2010 23:03


je suis marseillais et supporter de l'om mais aussi derriere les équipes française
engagée  en coupe d'europe . ce soir je félicite les joueurs
et l'entraineur
lionnais ils ont fait honneur au foot français bravo!!!


amedee 10/03/2010 21:10


larqué tu nous gonffle avec ton gros con de ronaldo met là un peu en sourdine


Juju 29/01/2010 13:23


Et oui, très bon billet d'humeur... Le buzz est devenu une tendance et certains s'en sont même spécialisé en surfant sur le moindre petit buzz....