Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gérard Louvin, Nathalie Fellonneau, Bernard Sabbah ont rendu hommage à Didier Bergès

ca-peut-vous-arriver.jpgSuite au décès de Didier Bergès vendredi, Julien Courbet présentait ce matin sur RTL une spéciale de son émission "Ca peut vous arriver" dans laquelle il rendait hommage à l'avocat préféré des français. Gérard Louvin mais aussi les consultats de Julien Courbet ont ainsi rendu hommage à "l'avocat à la bosse"...

Gérard Louvin
« … Ca fait un choc, j’y est pensé tout le week-end…. Pour l’émission je cherchais en effet un avocat, mais… un avocat ça parle parfois avec des mots un peu compliqués… ce qui m’intéressait avec Didier c’est que c’était quelqu’un de tellement simple. Il arrivait en métro, il était ronchon, rouspéteur, de mauvaise foi, mais c’était un professionnel formidable. C’est vrai qu’on a travaillé une dizaine d’années ensemble… j’ai jamais jamais eu un problème avec lui…. »

Julien Courbet : « ll y avait toujours un problème… mais je pense qu’il les inventait parce que c’était son mode de fonctionnement, essayer de créer un petit conflit pour que tout le monde soit éveillé… il arrivait 2 mn juste avant l’émission, on lui disait c’est pas possible j’étais fou de rage… on lui disait ‘Maitre, on est à la télé on arrive un peu avant’, le lendemain ‘son siège n’était pas assez bien’… il y avait toujours quelque chose, mais ça se passait toujours bien… »
GL : « … Je pouvais m’engueuler avec lui… des fois il m’appelait l’après-midi et me disait ‘je ne viens pas’, et il venait… Je ne l’ai jamais vu sans problème »

JC : « Nous c’est pareil à la radio… je suis certain, et il me tarde d’être là-haut pour en parler avec lui, je suis certain qu’il y a des fois où il a attendu derrière la porte, c’est –à-dire qu’il était là en avance, mais pour nous faire suer il arrivait à 28 dans le studio et à chaque fois on lui disait ‘Didier, soit sympa vient ¼ d’h, 20 mn avant ça rassure tout le monde’ … oui oui oui… la fois d’après… »
GL : « Et il disait si vous êtes pas content… je pars demain, je m’en vais… d’ailleurs je serai pas là la semaine prochaine… »

JC : « Par contre on apprenait après l’émission qu’il avait passé la nuit sur le dossier… il aimait jouer celui qui n’avait rien préparé mais au bout du compte c’était un sacré bosseur… »
GL : « …Il était tout seul, je ne sais même pas s’il avait une secrétaire… il avait un bureau complètement encombré de
dossiers, il était débordé, il faisait ses dossiers dans le métro… J’ai l’impression que c’était un soixante-huitard attardé…
»

JC : « C’était un militant, contestataire…. » « J’y ai pensé ce matin… il a démarré sa grande carrière avec Sans Aucun Doute, il est mort l’année de l’arrêt de Sans Aucun Doute… »

Eric de Caumont
« … C’était un peu mon poil à gratter à moi… quand je disais quelque chose, il était toujours là pour remettre en cause ce que je disais, pour faire douter et m’obliger moi à être encore plus convaincant… C’était quelqu’un qui avait beaucoup de loyauté… il avait des idées il les défendait, on était pas toujours d’accord… je savais que quand il était avec moi sur un plateau, ce serait moins facile que d’habitude, mais je savais aussi que ça allait sans doute faire monter le niveau de nos joutes…. J’aurais pas aimé être un escroc en face de lui…. »

Nathalie Fellonneau
« … J’ai reçu un accueil merveilleux et il m’a beaucoup soutenu, ça a été vraiment un régal et on s’est beaucoup amusés… c’était un comédien de première, et il vous titillait pour essayer de faire sortir le meilleur de vous-même »

Bernard Sabbagh
« C’est un homme qui avait un sens de l’humour et de la répartie extraordinaire… et c’était le binôme avec Julien… on sentait leur complicité… c’était vraiment incroyable.. il avait le sens des mots… il était extrêmement drôle, il avait toujours des anecdotes à nous raconter et on passait des moments délicieux, il nous surprenait tout le temps… il était extrêmement rigoureux… il était très clairvoyant… ces derniers temps on le sentait un petit peu las… mais dès que le micro s’ouvrait il retrouvait cette jovialité… il ne prenait pas le taxi, il voulait être avec les gens… il assumait complètement ce rôle d’avocat… il avait beaucoup d’humilité dans sa fonction..

Crédit photo : Abaca Press pour RTL
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article